Quel est l’impact de l’agriculture sur les gaz à effets de serre?

freestocks-org-100442-unsplash

Comme toutes les activités humaines, l’agriculture participe à l’émission des gaz à effets de serre. Il convient de bien contextualiser les chiffres et informations qui circulent. La responsabilité de l’agriculture au niveau mondial est bien différente du niveau européen et du niveau régional. Plusieurs facteurs entrent en compte pour quantifier les gaz à effets de serre émis par le secteur agricole.

Les émissions de gaz à effets de serre d’origine agricole

Au niveau mondial

Au niveau mondial, l’agriculture est le troisième émetteur de gaz à effets de serre (GES), après la production d’énergie et l’industrie. Selon l’ Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 24 % des émissions de GES liés aux activités humaines sont d’origine agricole, en ce compris l’élevage, la foresterie et d’autres affectations de la terre.

Au niveau européen

En 2017, l’agriculture a contribué à 10 % des émissions totales de GES de l’Union Européenne. Cette proportion est parfois aussi exprimée de la sorte : 440 millions de tonnes d’équivalents CO2. Il s’agit de la troisième source d’émissions de gaz à effets de serre, après l’énergie (hors transport) qui émet 56 % des GES et le transport responsable de 22 % des émissions.

Au niveau de la Wallonie

En Wallonie, les principales sources d’émissions de gaz à effets de serre sont l’industrie (29 %), le transport routier (25 %), le secteur résidentiel (17 %) et l’agriculture (13 %, y compris le transport agricole). Ces informations officielles proviennent de l’Agence Wallonne pour l’Air et le Climat (AWAC) pour 2018.

Entre 1990 et 2018, les émissions wallonnes de GES d’origine agricole ont diminué de 17 %, essentiellement suite à une diminution du cheptel, à l’amélioration de la gestion des engrais de ferme et des engrais minéraux dans les cultures(Etat de l’environnement wallon 2018).

Qu’entend-t-on par l’agriculture?

Il faut savoir que le terme « agriculture » englobe les activités forestières, de cultures, d’élevage et de transport.

Les 3 gaz à effets de serre émis par les activités l’agricole

Les différentes activités de l’élevage contribuent à l’émission de différents gaz à effets de serre.

Le méthane, de formule CH4

D’une part, il y a le méthane émis par les ruminants. Il provient de ce qu’on appelle la fermentation entérique. C’est-à-dire, lors du processus de digestion, que le méthane est régurgité par la bouche de l’animal, sous forme de rots. Le méthane émis ne provient pas des pets des vaches comme on le pense souvent.
D’autre part, il y a le méthane dégagé par la fermentation des fumiers (avec de la paille), de lisiers (liquide) et des fientes (volailles) lors de leur stockage.

Le protoxyde d’azote, de formule N2O

Le protoxyde d’azote est émis lors du stockage et surtout de l’épandage des fumiers, lisiers et fientes comme engrais de ferme. Le protoxyde d’azote est donc principalement lié à l‘épandage d’engrais minéral et d’engrais organique.

Le dioxyde de carbone, de formule CO2

Le dioxyde de carbone – communément appelé gaz carbonique – provient essentiellement des carburants, des tracteurs et de l’électricité utilisés dans le fonctionnement de la ferme. Cela concerne aussi la production d’aliments qui ne viennent pas de la ferme, principalement pour les élevages de porcs et de volailles.

La complexité de mesure des émissions de gaz à effets de serre

La mesure et le calcul des émissions des GES est un sujet très complexe qui fait l’objet de beaucoup de projets de recherche. Les experts ne sont pas tous d’accord sur la méthode de comptabilisation des gaz à effet de serre la plus proche de la réalité.

La méthode de calcul utilisée pour calculer les émissions de GES en agriculture est l’analyse de cycle de vie (ACV). Dans cette méthode, on prend en compte l’entièreté du cycle de vie de l’élevage depuis la production des aliments qui servent à nourrir le bétail jusqu’au transport des produits finis. Cette méthode est recommandée par le GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Par contre, pour calculer les émissions de GES émis par le secteur automobile, la méthode de calcul est différente. Dans ce cas, les chiffres ont tendance à diminuer la part de responsabilité du secteur, car on prend uniquement en compte les gaz émis par les pots d’échappement et non l’analyse du cycle de vie.

Tout savoir sur l’impact de l’élevage sur les émissions de gaz à effets de serre

Vous souhaitez en savoir plus sur les différents gaz à effets de serre émis par les activités agricoles, quel rôle majeur jouent les éleveurs pour limiter ces émissions, ou encore la part relative des activités agricoles sur l’effet de serre ? Consultez notre dossier complet sur les gaz à effets de serre


Cet article peut vous intéresser :

Quel est l’impact de l’élevage sur les gaz à effets de serre?

L’élevage est considéré comme une activité à part entière dans les activités agricoles. Les émissions de gaz à effets de…

Lire la suite

Ces informations vous intéressent et vous voulez les utiliser dans vos messages/communications? Super nouvelle, ensemble contribuons à informer sur les réalités des agricultures pratiquées en Wallonie. N’oubliez juste pas de mentionner vos sources 🙂

Merci pour votre visite ...Mais ne partez pas trop vite !

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir de temps en temps de nos nouvelles !