Témoignage : Comment les éleveurs réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre ?

Parole d’éleveur – A. Paquet, Dorinne

« Durant 5 années, Gx ABT a mené une étude sur mes terres afin de me permettre d’y voir plus clair dans mes émissions. Les chercheurs m’ont demandé de continuer à suivre ma prairie comme je le fais habituellement et comme la majorité des éleveurs de la région le font également, sans autre contrainte, afin que ce soit représentatif de la réalité.

vache2
L’appareil qui a servi aux mesures de la prairie

Comme conseil à donner aux autres producteurs, je pense qu’il faut un élevage fortement lié au sol et une meilleure génétique en terme de productivité. Avoir des vaches qui vêlent à 24 mois et qui donnent un veau par an, puis avoir des veaux avec une croissance soutenue, une bonne efficacité alimentaire et un bon rendement carcasse, ça permet d’avoir une meilleure productivité par unité polluante. Cela signifie que pour produire la même quantité de viande, vous polluerez moins. De même, c’est bien d’atteindre un maximum en terme d’autonomie alimentaire, mais il ne faut pas hésiter à utiliser un correcteur en complément afin d’obtenir une meilleure productivité par unité polluante.

Au niveau de l’alimentation, on nous accuse d’utiliser beaucoup de concentrés mais ce n’est pas le cas. Si vous donnez de bons fourrages, vous n’avez pas besoin de beaucoup de concentrés. Je n’utilise que très très peu de tourteau de soja pour certaines rations pour les veaux. De plus, ce qui est utilisé sont des coproduits, qui seraient des déchets dont on ne saurait presque rien faire si les bovins ne les utilisaient pas pour les transformer en protéines nobles.  »

Merci pour votre visite ...Mais ne partez pas trop vite !

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir de temps en temps de nos nouvelles !