C’est quoi l’agriculture biologique ?

Une démarche volontaire de qualité

La gestion d’une exploitation selon le mode de production biologique est une démarche de labellisation volontaire.

Les agriculteurs qui s’engagent doivent disposer d’un haut niveau de technicité et accepter de changer parfois radicalement leurs méthodes agricoles. L’agriculteur bio ne se contente pas de supprimer l’utilisation de produits phytosanitaires synthétisés chimiquement mais revoit en profondeur le fonctionnement de son système.

Encadrée par une règlementation stricte

Cette démarche s’inscrit dans un cadre législatif très rigoureux.

D’abord nationales, les différentes normes ont été harmonisées dans une réglementation européenne dès 1991 (les règlements CE 834/2007 (règles de base) et 889/2008 (modalités d’application)).

Régulièrement mises à jour, Elles couvrent toutes les étapes de la fabrication du produit, de la production à la ferme à la vente en magasin en passant par la transformation, la distribution et l’importation. La législation protège également les termes « bio », « biologique » et « issu de l’agriculture biologique ». Une traçabilité parfaite des produits bio est exigée.

Que garantit le label bio?

Label EU Biolabel https://www.labelinfo.be/fr/label/eu-biolabel

D’après la règlementation européenne (CE 834/2007), « la production biologique est un système global de gestion agricole et de production alimentaire qui allie les meilleures pratiques environnementales, un haut degré de biodiversité, la préservation des ressources naturelles, l’application de normes élevées en matière de bien-être animal et une méthode de production respectant la préférence de certains consommateurs à l’égard de produits obtenus grâce à des substances et à des procédés naturels.

Le mode de production biologique joue ainsi un double rôle sociétal: d’une part, il approvisionne un marché spécifique répondant à la demande de produits biologiques émanant des consommateurs et, d’autre part, il fournit des biens publics contribuant à la protection de l’environnement et du bien-être animal ainsi qu’au développement rural. »

L’interdiction des OGM ou le principe de précaution en bio

Aucune étude ne permet encore de connaître les effets des organismes génétiquement modifiés à long terme sur la santé et l’environnement. Par précaution, les OGM ainsi que leurs produits sont interdits dans toute la filière bio: dans les denrées alimentaires mais aussi dans les aliments pour animaux, les semences, les engrais, les additifs,…

Les radiations ionisantes sont également interdites.


Références :

Ce document est largement inspiré de textes rédigés par différentes organisations actives dans le secteur bio:  APAQ-W, BioForum Vlaanderen, Biowallonie, Certysis, Collège des Producteurs et des sites suivants :

Documents complémentaires :