Quelles céréales et cultures cultive-t-on en Wallonie?

Paysage_Corenne_2017_MP

Avec plus de 8 300 producteurs de céréales, les grandes cultures représentent plus de la moitié (53%) de la superficie agricole (SAU) de la Wallonie. Il s’agit principalement de céréales (30%) et de cultures fourragères (13%). Les cultures dites industrielles telles que la betterave sucrière, le colza, le lin et la chicorée représentent 8 %. La pomme de terre représente 5 % de la superficie agricole utile. 

Les céréales sont majoritairement utilisées pour l’alimentation animale (46%), la fabrication d’amidon (26%) et la production de bio-éthanol (18%). La meunerie-boulangerie représente actuellement moins de 10 % de l’utilisation des céréales belges (principalement du froment), tandis que la malterie- brasserie (principalement de l’orge) ne représente qu’un pourcent.  

Les Producteurs en Wallonie

  • Plus de 6 500 Producteurs produisent du froment, 4 000 des betteraves sucrières, 4 000 des pommes de terres et 6 000 du maïs fourrager
  • 4 253 ont principale orientation technico-économique les grandes cultures (32 % des Producteurs)

Les grandes cultures représentent plus de la moitié (53%) de la superficie agricole wallonne.

.img" alt="" class="wp-image-1091" width="333" height="250" srcset="https://www.celagri.be/wp-content/uploads/2019/03/Coquelicots-adventice-dans-blé-tendre-Cré.img 1024w, https://www.celagri.be/wp-content/uploads/2019/03/Coquelicots-adventice-dans-blé-tendre-Cré.img 300w, https://www.celagri.be/wp-content/uploads/2019/03/Coquelicots-adventice-dans-blé-tendre-Cré.img 768w, https://www.celagri.be/wp-content/uploads/2019/03/Coquelicots-adventice-dans-blé-tendre-Cré.img 2048w" sizes="(max-width: 333px) 100vw, 333px" />

1/3 de cette superficie est dédiée aux céréales :

  • elles sont principalement utilisées pour l’alimentation animale 46%
  • la fabrication d’amidon 26%
  • la production de bio-éthanol 18%

La meunerie-boulangerie (principalement du froment) représente seulement 10 % de l’utilisation des céréales belge, la malterie- brasserie (principalement de l’orge) ne représente que 1%.

Il y a plus de 8300 producteurs de céréales en Région Wallonne.

Les cultures fourragères telles que le maïs représentent 13% de la superficie agricole comme leurs noms l’indiquent elles servent à nourrir le bétail. 6000 agriculteurs cultivent du maïs fourrager.

Les cultures dites industrielles telles que la betterave sucrière, le colza, le lin et la chicorée représentent 8 % de la superficie agricole.

Les betteraves sont principalement cultivées pour la production de sucre, la chicorée est quant à elle cultivée pour l’inuline ; il y a environ 4 000 producteurs de betteraves et 700 producteurs pour la chicorée.

Le lin peut être cultivé pour la fibre (lin textile) ou sa graine (lin oléagineux).

Les principales cultures en Wallonie

  • Les céréales
  • Le maïs
  • La betterave
  • La chicorée
  • Les oléagineux
  • Les protéagineux
  • Les autres cultures

Les grandes cultures en Wallonie

  • En Région Wallonne, les grandes cultures représentent 53,2% de la Superficie Agricole Utile (SAU)
  • Les céréales représentent 30% et les cultures fourragères (13%) de la SAU
  • Les cultures dites industrielles telles que la betterave sucrière, le colza, le lin et la chicorée représentent 8 % de la SAU
  • La pomme de terre représente quant à elle 5 % de la SAU
Cultures Ha % de la SAU
Céréales pour le grain 198.618 27,7
Froment 131.768 18,4
Orge 32.935 4,6
Epeautre 18.457 2,6
Maïs Grain 5.986 0,8
Autres céréales 9.473 1,3
Cultures industrielles 60.458 8,4
Betteraves sucrières 34.527 4,8
Chicorée 5.166 0,7
Lin 9.279 1,3
Colza 10.641 1,5
Autres cultures industrielles 846 0,1
Pommes de terre 34.851 4,9
Fourrages 91.621 12,8
Maïs fourrager 53.225 7,4
Prairies temporaires 30.604 4,3
Autres cultures fourragères 7.792 1,1
Prairies permanentes 306.441 42,7
Légumineuses 2.136 0,3
Autres 23.402 3,3

La répartition géographique

  • A l’échelle belge, la Wallonie joue un rôle prépondérant en production de céréales (non-alimentaires) et de betteraves sucrières
  • Les exploitations spécialisées en agriculture se trouvent en région limoneuse et sablo-limoneuse et en Condroz. Les exploitations mixtes « cultures et bovins » se rencontrent principalement en région limoneuse, en Condroz et en Ardenne.

Organisation de la filière

Les Grandes Cultures sont diversifiées et les filières concernées (sucre, boulangerie, brasserie, bioéthanol, feed,….) réunissent un nombre important de représentants des différents maillons économiques (négoce, meuniers, malteurs, brasseurs, boulangers,…), des acteurs de la recherche et de l’encadrement ainsi que des représentants du secteur public.

Ces acteurs se retrouvent dans le cadre de la « Commission Filière Grandes Cultures » dont l’objectif est d’être un lieu d’échange entre les différents acteurs permettant de faciliter le développement des différentes filières et de manière liée, les revenus des producteurs de ces filières. Les missions de cette Commission sont notamment de :

  • Proposer des stratégies de développement
  • Être un outil de développement, de promotion et de proposition des filières
  • Faciliter les échanges d’informations sur tous les éléments qui intéressent les acteurs de la filière et notamment :
  • les marchés, la commercialisation et les débouchés commerciaux
  • les aspects technico-économiques
  • les aspects légaux
  • les aspects sanitaires et qualité
  • les aspects scientifiques
  • les aspects liés à l’innovation et à la durabilité

Enjeu de la filière grandes cultures

L’enjeu des filières Grandes Cultures wallonne est de permettre aux agriculteurs d’avoir une juste rémunération de leur travail en cultivant de manière durable, répondant aux attentes de la société. L’ensemble des acteurs impliqués dans la commission Grandes cultures s’inscrivent particulièrement dans les objectifs suivants :

  • Mise en avant des atouts de la production agricole en Wallonie.
  • Augmenter la part de céréales wallonnes dans les filières alimentaires telles que la bière, le pain, …
  • Favoriser le développement de différentes filières avec un prix juste et rémunérateur pour le producteurs
  • Favoriser les échanges entre les différents maillons de la filière

Sources